Logo Avant de craquer
Une fédération d'organismes voués
au mieux-être de l'entourage
d'une personne atteinte
de maladie mentale.
Accueil > Nouvelles > CS 2007 | Au-delà de l'amour

CS 2007 | Au-delà de l'amour

02 octobre 2007

Dans la cadre de sa 14e campagne de sensibilisation dont je suis le porte-parole, la FFAPAMM veut porter une attention particulière sur la réalité des conjoints dont l’amoureux ou l’amoureuse est atteint de maladie mentale. Une réalité voilée dont les répercussions sur la vie de couple peuvent avoir de lourdes conséquences.

Lorsque Cupidon frappe, les conjoints se laissent porter par l’amour. L’expression « vivre d’amour et d’eau fraîche » fait sans doute référence à l’impression qu’à lui seul, l’Amour nous met à l’abri des intempéries de la vie. Toutefois, il va sans dire que les êtres humains que nous sommes ne peuvent malheureusement pas flotter éternellement sur un nuage.

Lorsque l’un des conjoints ne va pas bien, que ses comportements deviennent inhabituels et s’apparentent à des troubles mentaux, le couple devient rapidement en déséquilibre. Dans un premier temps, on tente de minimiser la situation et on s’empresse de chercher la source du problème, tout en s’ajustant en fonction des besoins de la personne qui est en détresse. Le temps passe et, au fur et à mesure que la maladie s’installe, le conjoint qui voit l’autre s’enfoncer dans ses problèmes tente de l’aider au meilleur de ses connaissances. L’objectif est de voir la vie de couple retrouver un fonctionnement normal. Une équation qui n’est pas toujours simple et qui, dans la majorité des cas, n’arrive pas souvent à des résultats concluants. Au contraire, des conflits peuvent survenir au sujet des tentatives de soutien infructueuses, ce qui entraîne la détresse conjugale.

Avoir un conjoint atteint de maladie mentale peut vouloir dire pour la personne qui garde le fort un surcroît de responsabilités parentales, des sentiments de solitude, d’incertitude et de doute qui peuvent engendrer beaucoup de frustrations, et ce, sans compter les attitudes stigmatisantes de la société qui freinent bien souvent la demande d’aide. Il s’agit là de situations explosives qui nécessitent sans contredit des mesures de soutien. Heureusement, la FFAPAMM et ses 41 associations-membres sont là pour venir en aide aux familles et amis qui ont un proche atteint de maladie mentale.

La littérature est limpide, les experts s’entendent pour dire que les membres de l’entourage, dont les conjoints, se doivent d’avoir accès à une panoplie de services. Notre ambassadeur de l’année 2007, M. Lord Morris, en sait quelque chose. Grâce à l’assistance que lui a prêtée une association-membre de la FFAPAMM, il a pu obtenir de l’information sur la maladie mentale de sa partenaire. De plus, il s’est doté de stratégies d’adaptation qui lui ont permis de se déculpabiliser, de mieux se connaître, de se respecter en tant personne à part entière et d’établir ses limites, et ce, au profit de sa relation de couple.

Madame, Monsieur, si votre conjoint ou conjointe éprouve des troubles mentaux, je vous invite à nous contacter. Tout comme notre ambassadeur, prenez votre téléphone ou visitez le site web de la FFAPAMM, vous y trouverez une chaumière réconfortante. Faites-moi confiance, votre santé mentale saura s’en porter mieux. Notre porte vous est grande ouverte.

Rémy Girard
Porte-parole de la campagne de sensibilisation 2007

MERCI à nos partenaires :