Logo Avant de craquer
Une fédération d'organismes voués
au mieux-être de l'entourage
d'une personne atteinte
de maladie mentale.
Accueil > Nouvelles > Pour Rémy Girard, la maladie mentale est une maladie comme une autre

Pour Rémy Girard, la maladie mentale est une maladie comme une autre

15 juin 2000

Chicoutimi, le 15 juin 2000 – De passage à Chicoutimi, le comédien Rémy Girard, porte-parole de la Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM) a profité du colloque annuel de l’organisation pour lancer un appel à toutes les personnes qui connaissent ou côtoient une personne atteinte de maladie mentale. « À tous ceux et celles qui se sentent démunis et seuls devant la maladie mentale d’un être cher, nos 46 groupes répartis dans toute la province sont là pour vous, prêts à vous accueillir. »

En lançant ce message, M. Girard fait référence entre autres à la transformation des services de santé mentale. En effet, depuis 1997 et ce en raison de nouvelles orientations ministérielles, le phénomène de la désinstitutionnalisation s’accentue. Selon une étude réalisée par la FFAPAMM, ce sont des parents, entre autres les mères, qui dans 55% des cas, s’occupent le plus souvent de la personne atteinte. « En raison du manque de ressources dans la communauté, ce sont les membres de l’entourage qui hébergent, encadrent ou soutiennent financièrement leur proche, » explique le président de la Fédération M. Pierre Boucher.

Cette situation engendre des problèmes de surmenage, de tensions familiales ainsi qu’une augmentation de problèmes de santé et de détresse psychologique. De l’avis de la FFAPAMM, les familles et les amis sont sur-sollicités et ont un urgent besoin d’aide. Tout comme l’organisme Le Maillon à Chicoutimi, il existe dans toutes les régions du Québec des associations qui offrent de l’écoute téléphonique, des rencontres individuelles, des conférences et des services de répit-dépannage.

Depuis 1994, Rémy Girard accompagne la FFAPAMM dans ses démarches de sensibilisation de l’opinion publique. « L’achalandage a augmenté de 131% dans les associations mais il y a encore énormément de travail devant nous pour faire comprendre à la population que la maladie mentale est une maladie comme une autre. »

Source: Hélène Fradet, directrice
FFAPAMM | 1 800 323-0474

MERCI à nos partenaires :