Accueil > Consommation de médicament.s et anxiété de performance

Consommation de médicament.s et anxiété de performance

Un étudiant qui carbure au café et aux cigarettes pour survivre en période d’examens, tu connais ? L’anxiété de performance est, en effet, bien présente dans le réseau universitaire (et même avant) et plusieurs ne s’en tiennent pas au café lors des périodes de stress. C’est alors que le cocktail anxiété, drogue, médicament et alcool entre en jeu.

Est-ce qu’il y a des gens autour de toi qui souffrent d’anxiété de performance ? En es-tu toi-même atteint ? Ne t’inquiète pas tu n’es pas seul, c’est une situation très et trop répandue. Même que selon le Conseil supérieur de l’éducation, le problème se présente bien avant l’université. En effet, en s’appuyant sur les données 2018 de l’Institut de la statistique du Québec, le Conseil souligne qu’on note une augmentation des cas dès le primaire et plus particulièrement au secondaire :

La prévalence des troubles anxieux, de la dépression, des troubles alimentaires et du TDAH est en augmentation depuis 2010-2011. De même, la prise de médicaments contre l’anxiété ou la dépression ainsi que ceux pris pour se calmer ou se concentrer est en hausse. Le même constat peut être fait en ce qui concerne la proportion relative d’élèves présentant une détresse psychologique élevée, et ce, à tous les niveaux du secondaire. De telles hausses s’observent ailleurs dans le monde.  (Couture, 2019)

 

Comment réagir à l’anxiété de performance à l’Université ?

Comme nous l’avons indiqué plus tôt, le problème commence souvent avant les études supérieures. En effet, l’anxiété peut s’immiscer dans nos vies bien avant l’université, et plus de 75 % des troubles mentaux se manifestent avant l’âge de 25 ans. Avec des interventions en plus bas âges et avec un meilleur soutien en milieu scolaire, il y a moyen d’agir en amont, de façon préventive.

Cela dit, l’anxiété de performance est un problème majeur lors des études supérieures. La santé mentale est d’ailleurs dans le top 3 des préoccupations de l’Union étudiante du Québec (UEQ). À l’automne 2019, l’UEQ a mené une enquête provinciale sous le titre « Qu’est-ce qui se cache sous la façade ? ». L’objectif ? En savoir plus sur la santé psychologique des étudiants. Sur plusieurs campus, on note que plus de 20 % des élèves souffrent d’anxiété, de dépression ou de stress sévère.

Que faire si un de vos ami.e.s ou votre conjoint.e souffre d’anxiété de performance ou d’un autre trouble mental ? D’abord, il faut le.la référer vers de bonnes sources. Si tu veux des conseils de ce côté, les membres du Réseau Avant de Craquer pourront te guider.

 

Repère l’organisme membre du Réseau selon la région dans laquelle tu résides : https://www.avantdecraquer.com/reseau-organismes-aide/

Tu peux aussi nous appeler au 1 855 CRAQUER (272-7837)

 

Ensuite, tu peux l’aider en étant disponible et en l’écoutant. Entendons-nous bien : tu ne dois pas te substituer aux professionnels de la santé. Par contre, en étant positif et en encourageant ton proche à aller chercher de l’aide, tu peux faire une différence. N’oublie pas de lui rappeler que c’est une maladie et que la santé est quelque chose qui s’améliore. S’il se foulait un poignet, est-ce qu’il irait consulter ? C’est la même chose.

 

Impact de la COVID-19

Entre l’incertitude des mois à venir, l’isolement et la grande majorité de l’apprentissage en ligne, il peut devenir difficile de garder sa motivation et de rester engagé dans nos études. Pour certains, le fait de ne pas pouvoir se comparer aux autres est bénéfique et diminue leur anxiété de performance. Pour d’autres, la peur de ne pas réussir et à la difficulté à tenir le coup la fait augmenter.  De façon générale, que ce soit au sein des CÉGEPS ou des universités, la situation actuelle a fait bondir le nombre de cas d’anxiété et de sentiments de détresse chez les étudiants.

Consulte les ressources qui sont disponibles au sein de ton établissement et garde la communication ouverte avec tes collègues de cours, tu peux même étudier à plusieurs en utilisant des plateformes d’appel vidéo !

 

Source : Couture, H. (2019). La santé mentale des enfants et des adolescents : données statistiques et enquêtes recensées, Études et recherches, Québec, Conseil supérieur de l’éducation, 24 p.

Contenus complémentaires

Merci à nos partenaires :

Jean Coutu
Abbvie
VIA Rail Canada
Éric Lamirande
Lafrance Communication
Api
AQIISM
David Communication
Numerika
Desjardins Caisse du Plateau Montcalm

Alliés pour le site web : Marc-André Cright | Serge Daigneault