Accueil > Dépression sévère et persistante

Dépression sévère et persistante

En raison de différents événements qui se produisent dans la vie, tous les êtres humains vont vivre des hauts et des bas. Vous pouvez donc vous sentir parfois un peu déprimé ou vivre des chagrins profonds. Le temps arrange généralement les choses et la vie reprend son cours. Lorsque l’on parle de dépression sévère et persistante, il s’agit d’un problème que votre proche ne sera pas capable de surmonter sans obtenir de traitement. Quoiqu’il puisse survenir à tout âge, le premier épisode de dépression apparaît généralement entre l’âge de 25 à 44 ans ; c’est la maladie mentale la plus répandue. On estime que 10 % des hommes et 20 % des femmes souffriront de cette maladie au cours de leur vie.

Il est normal que vous vous sentiez dépassé par les événements car voir son proche constamment triste, découragé et irritable peut être très difficile à vivre. Que faire pour l’aider ? Que dire pour qu’il remonte la pente ? Des questions sans réponse qui peuvent vous causer bien des maux de tête.

 

Qu’est-ce que la dépression sévère et persistante ?

Contrairement à d’autres types de dépression épisodique, la dépression sévère et persistante ne disparaît pas d’elle-même ; elle est qualifiée de chronique. La maladie va affecter la mémoire, la pensée, le jugement et l’état d’esprit devotre proche. La dépression sévère a un impact sur sa façon de se sentir, de penser, de manger, de dormir et d’agir. Les personnes qui en sont atteintes doivent être traitées pour éviter que les symptômes ne s’aggravent.

 

Quelles sont les causes ?

On ne connaît pas la cause exacte de la dépression sévère et persistante car elle peut être la conséquence de plusieurs facteurs qui agissent seuls ou qui se combinent les uns avec les autres. Des facteurs héréditaires (prédisposition génétique et psychologique) combinés avec des chocs biologiques (ex. : accouchement, accident cérébral vasculaire, infarctus, etc.) et des événements perturbateurs majeurs (divorce, deuil, échec professionnel, etc.) peuvent expliquer l’origine de cette maladie.

 

Quels sont les symptômes ?

Pour que la dépression de votre proche soit reconnue comme étant sévère, les symptômes doivent être présents et observables pendant une période d’au moins trois mois. Pendant cette période, votre proche va perdre l’intérêt pour ses activités habituelles, son appétit et son poids peuvent se modifier, il éprouvera des problèmes du sommeil et une baisse de libido. Il peut avoir la larme facile ou avoir envie de pleurer sans en être capable.

D’autres symptômes sont possibles : une modification des sentiments qu’il éprouve envers vous, une perte d’estime de soi, un manque de concentration, une lenteur d’esprit, de l’anxiété, des idées suicidaires et, parfois même, des hallucinations.

 

Comment traiter la dépression sévère et persistante ?

Les formes de traitement les plus répandues sont les médicaments et la psychothérapie. Il s’agit de moyens qui peuvent être utilisés seuls ou combinés. De son côté, les antidépresseurs atténueront ou feront disparaître les symptômes de votre proche et lui permettront d’éloigner d’éventuelles rechutes. D’autre part, une démarche de thérapie individuelle et/ou la participation à un groupe d’entraide lui permettront de retrouver un état émotif plus sain.

 

Comment dois-je réagir ?

Dans un premier temps, malgré le fait que vous puissiez ressentir de la colère envers votre proche, il est important de vous rappeler qu’il a besoin d’aide et de compréhension. À un certain stade, il se peut que votre proche ait beaucoup de difficulté à accepter l’aide disponible mais votre appui est essentiel. Il est possible qu’il ne puisse plus prendreen charge les responsabilités qu’il avait l’habitude d’assumer. Par conséquent, en fonction de vos capacités, vous devrez peut-être en assurer la majeure partie, sinon la totalité.

Si votre proche parle de suicide, il faut prendre ses propos au sérieux car beaucoup de gens qui essaient de mettre fin à leur vie ont d’abord demandé de l’aide en menaçant de le faire. Il faut l’écouter et lui présenter des suggestions utiles en l’encourageant à consulter son médecin de famille. Vous pouvez également contacter le centre deprévention du suicide de votre région.

Même s’il peut être épuisant de vivre avec quelqu’un qui est déprimé, il est important de maintenir vos relations avec lui. Il faut que vous gardiez le moral et continuiez, dans la mesure du possible, à vivre votre vie. Il ne faut pas oublier qu’une fois traité, votre proche se rétablira. Cependant, il faut lui permettre de le faire à son rythme en l’encourageant à prendre soin de sa santé.

 

Que dois-je éviter de faire ?

Il ne faut pas le blâmer pour ses symptômes et ne pas insinuer que sa dépression est un signe de faiblesse. Évitez d’être impatient et de lui faire vivre un interrogatoire sur les raisons de son état dépressif. Ne prenez pas personnellement le fait qu’il refuse votre aide ou qu’il ne donne pas suite à vos conseils. Globalement, évitez des interventions qui risquent d’accentuer son sentiment de culpabilité ou de solitude.

 

À retenir

Contrairement aux moments de déprime vécus lors d’événements malheureux, la dépression sévère et persistante ne disparaît pas d’elle-même. Il faut beaucoup d’écoute et d’encouragements pour amener votre proche à aller chercher de l’aide.

 

Source : Réseau Avant de Craquer et UNAFAM. 2013. L’Indispensable.

Merci à nos partenaires :

Jean Coutu
Abbvie
VIA Rail Canada
Éric Lamirande
Lafrance Communication
Api
AQIISM
David Communication
Numerika
Desjardins Caisse du Plateau Montcalm

Alliés pour le site web : Marc-André Cright | Serge Daigneault