Accueil > La confidentialité et le secret professionnel

La confidentialité et le secret professionnel

La confidentialité et le secret professionnel sont deux notions dont l’application a peut-être soulevé chez vous un questionnement. Il est même possible que vous ayez vécu des tensions avec votre proche ou avec les membres de l’équipe traitante.

Les notions de confidentialité et de secret professionnel, bien qu’elles soient importantes et encadrées par une loi, peuvent être perçues comme un obstacle majeur pour les membres de l’entourage. Il peut vous paraître incompréhensible et inadmissible de ne pas avoir accès, à titre d’accompagnateur, à certains renseignements alors que vous êtes au premier rang pour soutenir votre proche dans sa maladie. Ainsi, afin de vous assurer une bonne compréhension des notions de confidentialité et de secret professionnel, en voici les fondements juridiques et leur application dans la pratique.

La confidentialité

Au Québec, le Code civil établit le droit commun et constitue le fondement de diverses lois. Le principe de confidentialité repose sur les droits à l’inviolabilité de la personne et au respect de sa vie privée, édictés dans l’article 3 du Code civil. Or, la confidentialité est le caractère réservé d’une information dont l’accès est limité aux seules personnes admises à la connaître.

Sans l’autorisation de votre proche, la loi prévoit qu’aucun employé ou professionnel travaillant ou exerçant dans un établissement de santé et de services sociaux ou dans un organisme communautaire ne peut vous transmettre des informations confidentielles sur votre proche. Qu’il s’agisse d’une information écrite ou communiquée verbalement ou d’observations contenues dans un dossier, ce principe doit s’appliquer.

Le secret professionnel

En plus de l’obligation à la confidentialité imposée à l’ensemble des intervenants du réseau de la santé et des services sociaux ainsi que du milieu communautaire, tous les membres d’un ordre professionnel sont dans l’obligation de respecter le secret professionnel. Cela implique qu’ils n’ont pas le droit de vous confier des renseignements personnels sur la personne que vous accompagnez (diagnostic, résultats d’analyse, traitement, évaluation, etc.).

Nous attirons votre attention sur le fait qu’en tout temps, vous pouvez transmettre à un professionnel des informations sur votre proche. Vous pouvez demander que ces informations ne lui soient pas révélées. Il faut cependant comprendre que le professionnel doit préserver son alliance thérapeutique avec l’utilisateur de services. C’est donc dire qu’il ne pourra pas vous assurer, hors de tout doute, qu’il ne transmettra pas ces informations à votre proche. Le professionnel se laissera guider par le meilleur intérêt de l’utilisateur de services.

Dérogations

Deux situations permettent à un employé ou à un professionnel e briser la règle de la confidentialité ou de se libérer du secret professionnel, à savoir :

  1. Lorsque votre proche l’autorise à vous donner des renseignements (autorisation verbale ou écrite);
  1. En cas d’exceptions, notamment :
  • lorsqu’il s’agit de prévenir un acte de violence;
  • lorsqu’une personne est mise sous garde en établissement (information au représentant légal de la mise sous garde, de la fin de la garde et du plan de soins); lorsqu’une personne majeure est inapte à consentir à recevoir des soins (soumise à une démarche légale);
  • lorsque la sécurité ou le développement d’un enfant mineur est compromis.

Différence entre une information confidentielle et une information générale

Il est donc possible, à moins que votre proche ne l’autorise, que vous ne puissiez obtenir quelque information confidentielle que ce soit sur votre proche, c’est-à-dire tout ce qui concerne spécifiquement son dossier médical, y compris les notes d’observation ou son suivi externe, soit tout ce qui est rattaché à ses objectifs et à ses démarches concernant son suivi dans la communauté.

Dans ce cas, sachez que les intervenants ont tout de même le droit de vous donner de l’information générale à propos des troubles mentaux et des services dispensés par l’établissement ou l’organisme communautaire concerné.

Par ailleurs, ils ont également le droit de vous donner des conseils pratiques sur la façon de faire face aux symptômes et aux comportements difficiles de votre proche. Sentez-vous à l’aise à leur poser des questions sur ces différents aspects.

Les conditions gagnantes

Vous pouvez cibler les conditions gagnantes pour favoriser un lien de confiance entre vous, votre proche et les professionnels attitrés à son traitement. Vous pouvez, avec l’accord de votre proche, vous impliquer activement dans votre rôle d’accompagnateur, tout en respectant les consignes des professionnels.

En tenant compte de l’application des principes de confidentialité et de secret professionnel, voici quelques conditions gagnantes pour favoriser votre participation :

  • Lorsque la situation le permet, parlez ouvertement à votre proche de la possibilité de vous impliquer dans le suivi de son traitement.
  • S’il est d’accord, demandez-lui d’en aviser l’équipe traitante afin que les différents intervenants puissent vous donner des informations confidentielles à son sujet (diagnostic, traitement pharmacologique, etc.).
  • Rassurez votre proche concernant votre degré d’implication en lui précisant que ce qui serait utile pour vous de connaître ce ne sont pas tous les détails de son suivi thérapeutique, mais simplement les principales informations qui vous permettront de bien comprendre son problème, et ce, afin de lui assurer votre soutien dans les différentes étapes de son rétablissement.
  • Pour différentes raisons, il est possible que votre proche ne soit pas coopératif et qu’il refuse votre aide. Vous pouvez alors faire appel à son principal intervenant pour demander assistance. Il est parfois plus facile qu’une personne extérieure explique à votre proche l’importance de votre implication.
  • Mentionnez aux divers intervenants de votre proche que vous comprenez bien les notions de confidentialité et de secret professionnel et qu’à cet égard, vous comprenez leurs réserves. Rappelez-vous qu’ils ne peuvent briser leur engagement professionnel.
  • Facilitez la collecte d’informations en collaborant avec les professionnels, et ce, en fournissant des informations verbales ou écrites sur les comportements et les attitudes de votre proche. Tentez de cibler le meilleur moment pour le faire en fonction des disponibilités de chacun. Verbalisez vos préoccupations et vos inquiétudes concernant votre rôle d’accompagnateur.
  • Vérifiez si les intervenants ont des attentes précises à votre endroit et indiquez vos limites dans le soutien que vous pouvez offrir à votre proche (hébergement, implication quotidienne, soutien financier, etc.).

En tout temps, il faut rester calme et positif. Même si votre proche refuse que les intervenants vous donnent de l’information le concernant, il peut changer d’avis et donner son consentement en cours de traitement. Il faut respecter le rythme du processus de collaboration.

En résumé, les intervenants sont contraints à respecter la confidentialité et le secret professionnel. Cependant, rappelez-vous que vous avez le droit de leur transmettre des renseignements pouvant soutenir et faciliter le rétablissement de la personne que vous accompagnez.

En somme, il s’agit :

  • de faire appel à la collaboration de votre proche et de son équipe traitante;
  • de respecter les principes de confidentialité et de secret professionnel;
  • de vous impliquer activement dans le partage d’informations sur votre proche;
  • d’établir vos limites à titre d’accompagnateur;
  • d’être patient et de respecter le rythme de votre proche.

Extrait du GUIDE d’information et de soutien destiné aux membres de l’entourage d’une personne atteinte de maladie mentale, p 15 à 17, Institut universitaire en santé mentale de Québec, février 2012. https://www.ciusss-capitalenationale.gouv.qc.ca/sites/default/files/guide-soutien-membre-entourage.pdf

Contenus complémentaires

Multimédias

S’engager professionnellement à écouter les membres de l’entourage

S’engager professionnellement à écouter les membres de l’entourage

L’évolution de la psychiatrie se démarque non seulement dans la recherche de molécules ou dans la pharmacologie, elle se traduit sur le terrain par le changement des pratiques des médecins psychiatres. Une reconnaissance du rôle d’accompagnateur qui laisse planer l’espoir.
Vidéo
Soutenir les familles dans l’établissement de leurs limites

Soutenir les familles dans l’établissement de leurs limites

Accompagner un proche atteint de maladie mentale fait appel à un processus d’adaptation. Le rôle des associations membres du réseau Avant de craquer vise à amener les membres de l’entourage à réaliser qu’ils sont des accompagnateurs dans le rétablissement; ils ne sont pas là pour guérir ni pour agir à la place de leur proche. Annick Gosselin, L’Ancre
Vidéo
Communiquer avec les membres de l’entourage, une orientation indiscutable

Communiquer avec les membres de l’entourage, une orientation indiscutable

Plusieurs facteurs influencent le parcours des relations familiales, la maladie mentale d’un proche en est un. Les membres de l’entourage sont là, au cœur de l’action et ne pas tenir compte de leur présence n’est plus une option. Josée Boutin, travailleuse sociale - CISSS Chaudière-Appalaches
Vidéo
Comprendre les bénéfices d’être impliqués dans le processus de rétablissement de votre proche – Marie-Hélène Morin

Comprendre les bénéfices d’être impliqués dans le processus de rétablissement de votre proche – Marie-Hélène Morin

Voici une capsule vidéo très intéressante de Madame Marie Hélène Morin (professeure et chercheure en travail social) qui s’intéresse particulièrement aux membres de l’entourage de la personne atteinte de maladie mentale.
Vidéo

Merci à nos partenaires :

Jean Coutu
Abbvie
VIA Rail Canada
Éric Lamirande
Lafrance Communication
Api
AQIISM
David Communication
Numerika
Desjardins Caisse du Plateau Montcalm

Alliés pour le site web : Marc-André Cright | Serge Daigneault