Accueil > La forêt de mon père (film) et JEFpsy

La forêt de mon père (film) et JEFpsy

 

Synopsis

Gina, 15 ans, grandit dans une famille aimante en lisière de forêt. Elle admire son père Jimmy, imprévisible et fantasque, dont elle est prête à pardonner tous les excès. Jusqu’au jour où la situation devient intenable : Jimmy bascule et le fragile équilibre familial est rompu. Dans l’incompréhension et la révolte, Gina s’allie avec un adolescent de son quartier pour sauver son père.

Qui est Vero Cratzborn?

Vero a grandi au sein d’une famille dont le père a reçu un diagnostic de maladie mentale.

Initialement, le film La forêt de mon père part de son vécu personnel, de la prise de conscience qu’elle a peu à peu appréhendée en grandissant, de son impression de vivre à la  frontière entre la normalité et le tourbillon engendré par un trouble mental et de sa prise de conscience que les choses n’étaient pas si normales que ça.

C’est dans le cadre de l’Atelier Scénario de la Fémis qu’elle a commencé à transposer son expérience personnelle afin d’écrire de ce film en tant que fiction et en tant que proposition de cinéma. Durant deux ans, elle a travaillé avec  le personnel de la santé et les personnes hospitalisées au sein de trois hôpitaux de jour de grands établissements psychiatriques, tout en rendant visite à son père, lui aussi hospitalisé durant cette période.

«Bien que le film de Vero Cratzborn soit d’abord un film de fiction, il dit quelque chose d’une réalité sociale invisible. On a longtemps considéré que la psychiatrie était uniquement une affaire d’adultes, sans prendre en compte la présence des enfants, adolescents, jeunes adultes qui côtoient, souvent quotidiennement, un proche atteint d’une pathologie à la fois énigmatique, inquiétante et déroutante.» (Référence : Dossier pédagogique | La Forêt de mon père).

Production et distribution : https://www.kmbofilms.com/la-foret-de-mon-pere

Nous vous invitons à consulter le Guide pédagogique associé au film, et ce, d’autant plan que la réalisatrice a eu la délicatesse de nous acheminer une version adaptée avec les ressources québécoises.

Tout comme celui que nous avons développé pour accompagner notre documentaire, Garder le CAP, «ce dossier, préparé par Hélène Davtian, Docteure en Psychologie et responsable du projet Les
Funambules / Oeuvre Falret en collaboration avec plusieurs collaborateurs, a pour objectif de nourrir le débat autour du film La forêt de mon père. Après avoir vu le film, vous y trouverez des repères et des informations pour favoriser la discussion. Le dossier est organisé autour de six thématiques illustrées par des scènes ou des dialogues du film :

1. Une réalité sociale assez méconnue
2. De quoi sont témoins les enfants
3. La question du danger
4. La spécificité des soins en psychiatrie
5. L’environnement, le regard des autres, la stigmatisation
6. Le vécu de chacun des membres de la famille Kremer»

 

 

(Référence : Dossier-pedagogique FORET QUEBEC)

Vero Cratzborn fait  référence à JEFpsy car elle fait partie du comité d’experts chargé d’accompagner les auteurs pour l’évolution de cette nouvelle plateforme Web. 

Qui est JEFpsy?

JEFpsy est l’acronyme de Jeune Enfant Fratrie. Il signifie que ce site est dédié à des jeunes de 11 à 20 ans qui sont enfants, frères ou sœurs d’une personne qui a des troubles psychiques.

Secondé par un comité d’experts, les auteurs de ce site sont des professionnels provenant de Belgique, de France, de Luxembourg et de Suisse dont Hélène Davtian avec qui nous collaborons depuis quelques années déjà. Ils ont décidé de se regrouper pour développer une plateforme commune d’information, d’accompagnement et de partage pour les jeunes confrontés à la maladie mentale d’un membre de sa famille. La plateforme JEFpsy est portée et hébergée par l’Oeuvre Falret .

Pour en savoir davantage : https://www.jefpsy.org/

 

 

 

 

 

Multimédias

Merci à nos partenaires :

Jean Coutu
Abbvie
VIA Rail Canada
Éric Lamirande
Lafrance Communication
Api
AQIISM
David Communication
Numerika
Desjardins Caisse du Plateau Montcalm

Alliés pour le site web : Marc-André Cright | Serge Daigneault