Accueil > Potentiel déjà présent au sein de la famille avant l’apparition de la maladie mentale

Potentiel déjà présent au sein de la famille avant l’apparition de la maladie mentale

Avant l’arrivée d’un événement traumatique, comme un diagnostic de maladie mentale, la famille a développé des liens entre ses membres et avec le monde extérieur. Elle a aussi développé des valeurs familiales qui sous-tendent les rapports des membres entre eux et qui guident les choix de la famille. Pour certains, il est très important de maintenir des liens étroits avec la famille élargie, une fête de famille n’est pas complète sans la présence des grands-parents, des tantes et des oncles. Pour d’autres, le sens de l’aventure est encouragé, donc les liens avec la famille élargie peuvent être moins importants que les voyages et les nouvelles connaissances.

Chaque famille développe son style et ses choix. Ils sont la base des forces vives que la famille développe pour maintenir les bonnes relations entre ses membres. Votre famille ne fait pas exception à la règle et, dans les moments de stress, il est important de vous rappeler que vous avez vécu des moments difficiles dans le passé et que vous avez réussi à les surmonter. Comment l’avez-vous fait ? Qu’est-ce que ces événements vous ont appris ?

La plupart des familles traversent des stades de vie relativement prévisibles : le mariage, les naissances, les déménagements et le vieillissement. À chaque stade, la famille doit composer avec des besoins différents ets’adapter. Ces moments de transition exigent que tous les membres de la famille développent leurs habiletés de conjoint, de parent et de soutien financier. Ces transitions normales sont des moments privilégiés qui permettent de grandir comme individu et de renforcer les liens familiaux.

Longtemps, la croyance populaire voulait qu’une famille saine soit celle qui réussissait à maintenir l’équilibre à tout moment et à tout prix. Aujourd’hui, nous avons compris que face aux difficultés qu’elle rencontre, la famille doit nécessairement s’adapter et trouver un nouvel équilibre. Si tel n’est pas le cas, elle risque de s’enliser dans une façon de penser très rigide qui ne laisse pas beaucoup de place aux changements inévitables qui s’inscrivent dans le parcours d’une vie.

Dans son histoire, toute famille expérimente des phases d’équilibre qui sont suivies de phases dechangement. Les familles qui insistent pour maintenir le statu quo dans les moments de transition ont plus dedifficulté à s’adapter et à retrouver leur équilibre. Les familles qui font preuve de flexibilité et d’ouverture ont plus de facilité à maintenir des liens harmonieux entre leurs membres.

Face à un événement comme l’apparition de la maladie mentale, il est important pour les membres de la famille de faire un inventaire de leurs forces. Pour chaque famille, les réponses peuvent varier, mais on retrouve des liens de convergence tels que :

  • les liens que les membres maintiennent entre eux et l’amour qu’ils partagent ;
  • le sentiment d’appartenance, le sens d’identité comme famille et comme individu ;
  • les habiletés de résolution de problèmes qu’ils ont développées au fil des années ;
  • les liens qui les unissent à la famille élargie ;
  • les liens qu’ils maintiennent avec le monde extérieur : le travail, les loisirs, les amis, les connaissances et les habiletés sociales que ces liens ont permis de développer ;
  • les habiletés personnelles qui sont mises à contribution pour toute la famille comme l’éducation et la culture ;
  • le sens de l’humour développé autour d’événements ou de situations familiales ;
  • la signification du lien familial pour ses membres ;
  • le rôle de chacun dans la famille ;
  • la capacité d’adaptation générale de la famille et de chacun de ses membres, en lien avec l’expérience familiale.

D’une part, l’exercice de dresser un bilan permet à chaque membre de la famille de reconnaître les liens importants qui lient la famille. D’autre part, il permet de garder espoir dans la capacité de la famille à faire face à une nouvelle période de transition.

Finalement, cette réflexion permet aux membres de la famille de se sentir moins envahis par la maladie.

 

À retenir

Les familles qui font face au changement ont la capacité d’empêcher l’événement comme l’apparition de la maladie mentale de produire la rupture du système familial en comptant sur divers éléments.

  • Les membres individuels y apportent des possibilités financières, un niveau d’instruction et de connaissances, leur perception subjective de l’événement, leur estime de soi, leur sentiment d’avoir la maîtrise nécessaire pour faire face au problème.
  • L’ensemble de la famille apporte sa contribution pour ce qui est de sa cohésion, de sa capacité de s’adapter, de sa capacité de résolution de problèmes, de l’accord concernant la structure des rôles de chacun, de la subordination de l’ambition personnelle aux intérêts de l’ensemble, de la satisfaction éprouvée par la poursuite de buts communs, d’une organisation interne souple et du respect de l’autonomie des membres.
  • Le support émotionnel sur le plan social, l’estime et le soutien de la famille élargie et de la communauté sont aussi des éléments importants.

Ces ressources constituent le potentiel d’adaptation de toutes les familles. Elles n’ont pas la même capacité à surmonter les épreuves de lavie, mais toutes les familles ont des éléments positifs à leur actif qu’elles ont développés au cours de leur histoire. C’est ainsi qu’elles peuvent s’en inspirer pour mieux vivre les moments difficiles.

 

Source : FFAPAMM. 2010. La résilience.

Merci à nos partenaires :

Jean Coutu
Abbvie
VIA Rail Canada
Éric Lamirande
Lafrance Communication
Api
AQIISM
David Communication
Numerika
Desjardins Caisse du Plateau Montcalm

Alliés pour le site web : Marc-André Cright | Serge Daigneault