Logo Avant de craquer
Une fédération d'organismes voués
au mieux-être de l'entourage
d'une personne atteinte
de maladie mentale.
Accueil > Nouvelles > Changements dans la vie quotidienne après la naissance d'un enfant

Changements dans la vie quotidienne après la naissance d'un enfant

29 janvier 2010

L’arrivée d’un bébé dans la maison modifie de façon drastique presque tous les aspects de la vie quotidienne du couple. Des modifications dans l’alimentation, le repos et le sommeil, la communication, les activités de la vie quotidienne et les loisirs se manifestent de plusieurs façons.

L’anxiété et les tensions ressenties par le couple, en regard à leur nouveau rôle de parent, perturbent leur alimentation. Par exemple, le désir de la mère de vouloir retourner à la silhouette qu’elle avait avant la grossesse a un important impact sur l’alimentation de la nouvelle maman qui allaite son bébé et qui doit absorber un supplément d’environ 450 kcal/jour en période de lactation. De plus, la mère doit quelquefois se priver d’aliments qu’elle aime car le bébé semble ne pas bien les digérer. En effet, Ladewid, London & Olds, (1992) renseignent les mamans qui allaitent que certains aliments qu’elles ingèrent peuvent être difficiles à digérer pour le nourrisson et entraîner des coliques ou des douleurs abdominales chez le bébé. Si de telles situations se présentent, elles conseillent aux mamans d’éviter ces aliments.

Les besoins de repos et de sommeil sont également bouleversés chez le couple qui peut trouver difficile de ne plus pouvoir dormir une nuit entière sans que le bébé réclame son boire. Après l’accouchement, il est fréquent que la maman se sente fatiguée et se plaigne de ne plus avoir d’énergie. Plusieurs disent dormir d’un sommeil léger et parvenir difficilement à bien récupérer. Le jour, il peut être difficile de se détendre et de se reposer lorsque le bébé dort car la mère profite souvent de ce temps pour faire les tâches ménagères et la préparation des repas. Le père qui travaille durant le jour se retrouve en fin de journée à aider sa conjointe à s’acquitter des tâches ménagères et à s’occuper de l’enfant, ce qui laisse peu de temps pour du repos pour chacun. S’occuper d’un bébé demande du temps et il n’est pas rare que les nouveaux parents aient l’impression que toute les activités tournent autour du bébé et qu’ils n’ont plus de vie intime. Il est important pour le couple de s’approprier du temps pour soi et de s’accorder quelques petites sorties de temps en temps.

Certaines mères s’inquiètent de vivre une dépression post partum. Chabrol (1998), dans un livre qu’il a écrit sur les dépressions de la maternité reconnaît les symptômes de dépression post-partum les plus fréquemment cités par les femmes suite à un accouchement. Il parle de crise de larmes, d’humeur labile, de tristesse, d’insomnie, d’anxiété, de la crainte chez la mère de ne pas savoir s’occuper du bébé, du désir sexuel éteint, etc. Nicols & Zwellig (1997), abondent dans le même sens. Elles décrivent la dépression post partum comme un désordre psychologique qui survient après un accouchement et qui dure de 2 à 6 semaines après la naissance de l’enfant. Les symptômes sont : les pleurs inexplicables, la crainte de ne pas bien réussir comme mère, l’irritabilité, l’impatience et la fatigue généralisée.

Il est important que la mère et le père verbalisent sur leur opinions, leurs idées, et leurs craintes en regard à leur nouveau rôle de parent car les gestes posés, les comportements adoptés, les peurs, l’anxiété et la nervosité ressentis reflètent leurs croyances, leurs expériences antérieures et leurs valeurs. En ce sens, ce que les parents ressentent aura un impact sur le développement de l’enfant. Ainsi, lorsque les parents sont nerveux ou impatients avec le bébé, ce dernier le ressent et il répondra de manière plus ou moins agréable pour les parents, par exemple, en pleurant beaucoup. Mazet & Lebovici, (1998) ont effectué une recherche auprès de 526 familles nouvellement formées. Ils en sont venus à la conclusion que les nourrissons sont très sensibles à la qualité de leur environnement interpersonnel et lorsqu’ils se sentent menacés, ils présentent rapidement des signes de détresse et ils protestent en pleurant. Dans ce même ordre d’idée, Dugnat, (1996) affirme que le bébé qui perçoit l’anxiété et la nervosité chez ses parents manifeste de l’insécurité qui s’exprime par des pleurs. Ainsi, pour chaque parent, les défis à relever sont d’acquérir la confiance en soi, de développer des habiletés et des compétences parentales afin de diminuer les tensions reliées au fait de prendre soin d’un enfant.

L’apprentissage du rôle de parent ne s’acquière pas du jour au lendemain et il n’existe pas de livre de recette sur la façon de développer des compétences parentales. Les nouveaux parents qui suivent les nombreux conseils venant de leur environnement seront inévitablement désemparés devant autant d’informations parfois contradictoires et ils ne sauront plus quoi faire avec l’enfant.Dans certaines situations, il sera donc important pour les nouveaux parents de valider les informations reçues auprès de personnes compétentes en la matière afin d’agir adéquatement auprès de l’enfant. Choisissez-vous une ou deux personnes de références, que ce soit l’infirmière du CLSC, votre médecin, un livre ou un proche dont vous reconnaissez les compétences parentales et fiez-vous à ces guides et surtout faites-vous confiance.

Source: Stéphanie Gagnon, infirmière, UQO
En collaboration avec Francine de Montigny, professeure au Département des sciences infirmières à l’UQO

________________
Références:
CHABROL, H. (1998). Les dépressions de la maternité. Paris. PressesUniversitaires de France.
DUGNAT, M. (1996). Troubles rationnels père-mère/bébé: quels soins? Ramouville-Saint-Agne, France. Eres.
MAZET, P. & LEBOVICI, S. (1998).Psychiatrie périnatale: parents et bébé: du projet d’enfant aux premiers mois de vie. Paris. Presses Universitaires de France.
MCKINNEY, E.S. & MURRAY, S.S. (1998). Foundations of maternel- newborn nursing. 2 nd ed. Philadelphia. W.B. Saunders.
NICOLS, H. & ZWELLING, E. (1997). Maternal-newborn nursing: theory and practice. Philadelphia. W.B. Saunders.
WIELAND LADEWID, P., LONDON, M. & OLDS, S. (1992). Soins infirmiers maternité et néonatalogie. 2ième édition. Québec.ERPI.

MERCI à nos partenaires :