Logo Avant de craquer
Une fédération d'organismes voués
au mieux-être de l'entourage
d'une personne atteinte
de maladie mentale.
Accueil > Nouvelles > Les troubles alimentaires

Les troubles alimentaires

29 janvier 2010

Anorexie nerveuse

Les personnes qui se privent de nourriture intentionnellement peuvent souffrir d’anorexie nerveuse. Ce désordre alimentaire, qui débute souvent chez les jeunes durant la puberté, se caractérise par une perte de poids extrême. Les personnes souffrant de cette maladie ont un aspect corporel émacié, mais sont convaincues qu’elles ont un surplus de poids. Pour des raisons encore plus ou moins connues, elles deviennent terrifiées par la peur d’engraisser.

La nourriture et le poids deviennent des obsessions. Pour quelques-uns, certains comportements compulsifs apparaissent, d’étranges rituels alimentaires, et parfois un refus de manger devant les autres. Certaines personnes s’engagent dans des exercices physiques strictes et routiniers exclusivement afin de perdre du poids.

Chez les patients souffrant d’anorexie, la privation de nourriture peut aller jusqu’à provoquer la détérioration des organes vitaux comme le cœur et le cerveau. Pour se protéger, le corps ralentit la vitesse de son métabolisme. Chez les femmes, cela provoque l’arrêt des menstruations. Les fonctions vitales comme la respiration, le pouls et la pression sanguine diminuent, et les fonctions de la glande thyroïde ralentissent.

L’anorexie nerveuse provoque souvent une anémie modérée, un gonflement des articulations, une réduction de la masse musculaire, la perte de cheveux et de légers maux de tête. Si le désordre alimentaire devient sévère, la patiente peut manquer de potassium, peut perdre le calcium nécessaire à ses os, et souffrir d’irrégularité ou de défaillance cardiaque.

Plusieurs personnes souffrant d’anorexie souffrent aussi d’autres troubles psychiatriques tel que la dépression, l’anxiété, la dépendance aux drogues ou à l’alcool, des troubles d’obsession ou de compulsion, et plusieurs sont à risque et ont des tendances suicidaires.

Signes de l’anorexie:

  • Perte de poids significative (au moins 15% du poids normal, sans raisons médicales connues)
  • Préoccupations et obsessions par rapport aux aliments à faible teneur en gras/calories
  • Apparition de rituels et d’habitudes alimentaires particulières
  • Exercices excessifs
  • Retrait social et émotif
  • Peur de devenir gros ou grosse, peur constante d’engraisser
  • Perturbation de l’image corporelle
  • Boulimie
  • Compulsion alimentaire

Boulimie

Les personnes souffrant de boulimie consomment une grande quantité de nourriture lors d’épisodes de compulsion alimentaire (rages), et utilisent ensuite des moyens pour débarrasser leur corps de l’excès de calories soit en se faisant vomir, en utilisant des laxatifs ou des diurétiques, en prenant des coupe-faim, ou en faisant de l’exercice. Certaines personnes utilisent une combinaison de ces moyens pour purger leur corps.

Ces personnes conservent habituellement leurs comportements de compulsion alimentaire (rages alimentaires) et de purge secrets. Elles maintiennent un poids normal ou un peu au-dessus de la normale, ce qui leur permet de cacher leur problème pendant des années. Comme pour l’anorexie, la boulimie débute souvent lors de la puberté. Cette maladie se développe la plupart du temps chez les femmes, mais elle est aussi présente chez les hommes. Plusieurs personnes souffrant de boulimie ne vont pas chercher d’aide avant d’avoir l’âge de 30 ou 40 ans parce qu’elles sont embarrassées de révéler leurs comportements étranges face à la nourriture.

Médicalement, même les patient(e)s boulimiques qui ont un poids normal peuvent endommager sévèrement leur corps à cause des épisodes de compulsion alimentaire et des purges fréquentes. Dans de rares cas, la compulsion alimentaire peut causer une rupture de l’estomac, et les purges peuvent mener à une défaillance cardiaque due à la perte de minéraux, tel que le potassium. Les vomissements peuvent causer une inflammation ou une perforation de l’œsophage et un gonflement des glandes parotides (salivaires) près des joues. Comme pour l’anorexie, la boulimie peut causer des irrégularités dans les périodes de menstruations.

Quelques personnes souffrant de boulimie luttent aussi contre des dépendances aux drogues et à l’alcool, et contre le vol compulsif. Comme les personnes vivant de l’anorexie, plusieurs personnes boulimiques souffrent de dépression, d’anxiété, de désordres obsessif-compulsif, et d’autres maladies psychiatriques.

Signes de boulimie:

  • Épisodes de compulsion alimentaire (manger une grande quantité d’aliments en un cours laps de temps en ayant l’impression de perdre le contrôle face à sa consommation de nourriture)
  • Comportements de purges tels que des vomissements provoqués, l’utilisation de laxatifs, de diurétiques, ou des exercices excessifs
  • Fréquentes sautes d’humeur
  • Gonflement inhabituel près de la mâchoire
  • Un retrait ou un isolement des activités normales
  • Peur de prendre du poids
  • Perturbation de l’image corporelle
  • Anorexie nerveuse
  • Compulsion alimentaire

Compulsion alimentaire

Une maladie qui ressemble à la boulimie, la compulsion alimentaire est caractérisée d’épisodes où la personne mange une très grande quantité d’aliments d’une manière incontrôlée compulsive (épisode de compulsion alimentaire). Toutefois, les personnes qui souffrent de ce désordre alimentaire n’utilisent pas de moyens pour se purger et se débarrasser de l’excès d’aliments consommés.

Les personnes aux prises avec ce désordre alimentaire ressentent souvent une perte de contrôle d’elles-mêmes lorsqu’elles mangent. Durant les périodes de stress, elles mangent une énorme quantité de nourriture et ne s’arrêtent que lorsqu’elles se sentent complètement pleines et inconfortables et même jusqu’à se sentir nauséeuses. La plupart des gens souffrant de ce problème son obèse ou ont un historique de fluctuation de poids.

Puisque ces personnes ont souvent un excès de poids, elles sont aussi sujettes à de sérieux problèmes de santé associés à l’obésité, tel qu’un taux de cholestérol et une pression sanguine élevés, du diabète et d’autres complications médicales. Les personnes souffrant de ce désordre alimentaire ont aussi une forte tendance à développer d’autres problèmes psychiatriques tels que la dépression.

Signes de la compulsion alimentaire:

  • Faible estime de soi
  • Épisodes de compulsion alimentaire
  • Diètes répétitives
  • Obsédée par son poids
  • Perturbation de l’image corporelle
  • Anorexie Nerveuse
  • Boulimie

Source: Clinique St-Amour
La Clinique St-Amour est un centre de traitement des désordres alimentaires : l’anorexie nerveuse, la boulimie et la compulsion alimentaire. Depuis sa création, la Clinique St-Amour continue de contribuer à l’avancement des connaissances et de la compréhension des désordres alimentaires, en portant une attention particulière à l’intégration de la personne dans le suivi thérapeutique, ainsi qu’à la prévention, à l’éducation et à la recherche. Le personnel de la Clinique St-Amour procure ses soins et ses services avec compassion et compréhension, en s’attardant aux besoins de la personne touchée, à ceux de sa famille et de son milieu de vie.

En plus de son programme de traitement, la Clinique St-Amour procure une vaste gamme de ressources disponibles aux personnes et aux familles à travers tout le Québec. (documentations, ligne d’écoute, etc.) Au départ, chaque individu est encouragé à s’impliquer activement dans son traitement. Le programme de soins est individualisé et planifié avec l’équipe de professionnels. Le but premier est d’aider la personne à guérir et à se réinsérer dans la société.

La Clinique St-Amour collabore étroitement avec les autres ressources du système de santé; les CLSC, les hôpitaux, les médecins, et autres ressources communautaires afin de fournir un support aux personnes atteintes et à leurs familles.

Pour en savoir plus : www.cliniquestamour.com

MERCI à nos partenaires :