Accueil > AVC : risque élevé de dépression ultérieure

AVC : risque élevé de dépression ultérieure

Journalmetro.com | Des spécialistes canadiens affirment que plus de 30 pour cent des gens vivant des séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC), de même que leurs aidants naturels, vivent ensuite une dépression et que plusieurs ne reçoivent pas les soins appropriés.
[ Lire la suite ]

À lire également : Après un AVC, le dépistage de la dépression s’impose autant chez les aidants que chez les patients selon de nouvelles lignes directrices nationales

La propriété des articles, capsules vidéo ou sonores et références mis à votre disposition appartient aux auteurs et vous sont offerts à titre informatif seulement. Ils ne reflètent pas systématiquement les orientations, la philosophie et les valeurs de la FFAPAMM.

Merci à nos partenaires :

Jean Coutu
Abbvie
VIA Rail Canada
Éric Lamirande
Lafrance Communication
Api
AQIISM
David Communication
Numerika
Desjardins Caisse du Plateau Montcalm

Alliés pour le site web : Marc-André Cright | Serge Daigneault